Mes Lectures

Chronique n°2 : Les larmes rouges – Georgia Caldera


Titre : Les larmes rouges – Tome 1 : Réminiscences.
Auteur : Georgia Caldera.
Édition : J’ai lu.

Genre : Fantastique – Suspense – Romance.
Pages : 761.

Ma note : 🔥🔥🔥 / 5
Lecture plus ou moins satisfaisante !

.

« Après une tentative désespérée pour en finir avec la vie, Cornélia, 19 ans, est assaillie de visions et de cauchemars de plus en plus prenants et angoissants.
Elle se retrouve alors plongée dans un univers sombre et déroutant, où le songe se confond à s’y méprendre avec la réalité. »

.

Résumé

Alors, le résumé de cette histoire sera plutôt court, dans la mesure où il est difficile pour moi de vous la décrire sans vous en dire trop.

Donc, l’histoire parle de Cornélia, une jeune fille fragile – de 19 ans – qui ne supporte plus sa sombre et ennuyeuse existence. Après une tentative de suicide désespérée, elle déménage avec son père dans le vieux manoir de ses défunts grands-parents.

Là-bas, elle rencontre un homme qu’elle a l’impression de connaître et qui apparaît dans certains de ses rêves. Elle se sent irrésistiblement attirée par lui mais ne peut s’empêcher d’être effrayée par cet être imposant et glacial.

Dans le même temps, des choses étranges se produisent autour d’elle. Des manifestations surnaturelles, celles d’un homme – ressemblant à un spectre – qui la harcèle et la mutile. Ne sachant plus quoi faire pour s’en sortir, elle cède à sa curiosité et se jette, comme qui dirait, dans la gueule du loup.

Le récit est parsemé de passage gore qui nécessite un estomac bien accroché !

.

Mon avis sur ce roman

Bon… comment vous décrire ce que j’ai ressenti au fil de ma lecture ? Disons que ce roman, bien qu’il soit très bien écrit, me laisse perplexe et je vais tenter de vous expliquer pourquoi.

Pour commencer, je dois honnêtement vous dire qu’au début de ma lecture, j’ai sérieusement pensé à tout laisser tomber. Les premiers chapitres ne m’attiraient pas du tout, mais j’ai continué parce que j’étais sûre et certaine que l’auteure – ou autrice, car les deux se disent – arriverait à me surprendre ! Cela n’a pas manqué et je dois même dire, qu’elle n’a pas arrêté de me surprendre encore et encore, si bien que je reste mitigée par rapport au résultat de ma lecture.

Le roman est assez facile à comprendre, malgré les énormes et longs passages de description, qui sont selon moi, parfois de trop. Mais si vous aimez les détails, qui vous englobent directement dans l’imaginaire de l’auteure et vous permets de visualiser les scènes avec clarté, ce roman est fait pour vous.

Bref, j’ai quand même pu apprécier ma lecture – même si ce n’était qu’à partir du cinquième chapitre. L’histoire est intéressante et intrigante ! Parfaite pour les amateurs de vampire, de suspense et d’hémoglobine. Il y a plusieurs passages de l’histoire qui vous demanderons assez de tripe et un estomac bien accroché. Des passages tellement sombres et gores, que bien qu’étant une amatrice de ce genre d’histoire, j’espère qu’ils ne seront jamais retranscrits dans un film ou autre !

L’histoire joue sur deux plans, d’abord il y a le quotidien de Cornélia, puis il y a ses rêves. Le récit est rempli d’information importante pour comprendre le roman et je dirais que l’auteure nous fait découvrir un nouveau genre de montagne russe.

Perdue entre la romance, le monde onirique et les scènes d’horreurs, je ne savais plus vraiment où donner de la tête.

Cependant, bien que je reste perplexe sur le final de l’oeuvre et que je ne sache pas encore si j’irai lire la suite de l’histoire, je recommande chaudement ce roman. Cela reste une lecture satisfaisante, écrite par une autrice qui a envie de nous envouter grâce à son langage. C’est un univers bouleversant à découvrir et à apprécier, si tant est que vous en aillez les tripes !

Voilà donc le petit extrait du jour, qui n’est peut-être pas très long, mais qui je l’espère vous donnera envie de découvrir le monde créer par Georgia Caldera :

« Son sommeil fut paisible jusqu’aux environs de quatre heures du matin, quand, dans le silence de la nuit, un bruit lancinant l’en tira peu à peu.

Une espèce de clapotis humide, sorte de « plic, ploc » interminable ; résonnait d’une manière étonnamment bruyante à travers toute la maison. Quand elle fut tout à fait réveillée, elle alluma sa lampe de chevet et resta un instant figée sur son lit, clignant des yeux, éblouie par la lumière électrique. Ses nuits allaient-elles être toutes perturbées dorénavant ? Agacée, elle se leva et alla vérifier en premier lieu la robinetterie de sa propre salle de bains mais ne trouva rien d’anormal. Rien ne gouttait ici. Pourtant, le bruit était si fort que ce qui le causait aurait dû être proche…

Déterminée à trouver son origine, elle quitta sa chambre et se glissa dans le couloir. La boule au ventre de la veille lui revint subitement. Un rai de lumière filtrait à travers l’obscurité du couloir. Le bruit venait de là-bas, vraisemblablement. C’était la plus grande salle de bains de la maison, celle qui avait une jolie baignoire ancienne, aux pieds dorés et sculptés, où Cornélia n’allait jamais. Elle inspira profondément, cherchant à se convaincre qu’il ne s’agissait là que d’une méprise, madame Amélie ayant probablement oublié d’éteindre le plafonnier après son passage, puis elle se dirigea vers la porte d’où venait la lumière. Le clapotis résonnait de plus en plus fort aux oreilles de la jeune fille, jusqu’à paraître complètement disproportionné.

Elle entra lentement. La pièce était vide. Évidemment… Elle se trouva alors un peu bête de s’être autant angoissée pour si peu, comme ça, sans aucune raison valable. Elle inspecta d’abord le lavabo. « Plic. » Ça venait de derrière. Elle se retourna.

– Qu’est-ce que c’est que ça ?!

La baignoire était remplie jusqu’à ras bord, et, tout au fond d’une eau quasiment noire, croupie et nauséabonde, gisait une sorte de chapelet aux grains pleins de rouille. »

.

Et voilà ! Je vous laisse là-dessus, n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, j’espère que cet article vous a plu et que je vous ai, ne serait-ce qu’un minimum, donné envie de lire cette intrigante et perplexe histoire.

.