Bilans

Bilan : Juin 2019

Bon alors, ce mois-ci, il n’y a vraiment pas grand chose et pour une seule raison : j’étais en vacance en début de moi – et vous le savez si vous suivez mon instagram – ! Mais bon, je me rattraperai le mois prochain, n’ayez crainte ! Surtout que je suis en train de faire de super lecture pour le moment.

Ah et, grande nouvelle, j’ai eu un chat ce mois-ci ! Un petit mâle appelé Krumble, il est adorable !

.

Dans les chroniques de ce mois, nous avons :

•  Chronique n°14 : Une catastrophe n’arrive jamais seule – Laura Norton 
Chronique n°15 : Shades of Magic – V. E. Schwab
Chronique n°16 : Un Palais d’Épines et de Roses – Sarah J. Maas

.

Dans les autres articles du mois, voilà :

BD : Noob – Fournier, Cardona, Torta
Témoignage : Discrimination
Box – Mille et un livre
Livre en rapport avec un série

.

Bon je sais c’est pauvre en chronique mais bon, je promets de me rattraper le mois prochain !

.

Sinon, voilà la liste des livres que j’ai terminé ce mois-ci :

Shades of Magic – V. E. Schwab
• Journal d’un fille débordée – Suzy K. Quinn (abandonnée)
Un Palais d’Épines et de Roses – Sarah J. Maas

.

Et voilà ma PAL (pile à lire) pour le mois prochain :

• Catwoman – Sarah J. Maas •
• Par le feu – Will Hill •
• Caraval – Stephanie Garber •
• La Cité du Ciel – Amy Ewing •
• Everless – Sara Holland •

.

Mais bon, voilà quand même la réactualisation de mon Top 5 :

.

Mon Top 5 :

Diabolic II – S. J. Kincaid
L’École du Bien et du Mal III – Soman Chainani
Diabolic – S. J. Kincaid
L’héritière – Melinda Salisbury
Shades of Magic – V. E. Schwab

.

Et voilà ! Bon je vous fais une grosse bise, et je vous souhaite aussi une superbe journée !

.

Mes Lectures

Chronique n°16 : Un palais d’Épines et de Roses – Sarah J. Maas


Titre : Un palais d’Épines et de Roses – Tome 1.
Auteur : Sarah J. Maas.
Édition : La Martinière Fiction J.

Genre : Young Adult – Fantasy – Romance.
Pages : 521.

Ma note : 🔥🔥🔥 et demi / 5
Lecture agréable.

.

« En chassant dans les bois enneigés, Feyre voulait seulement nourrir sa famille. Mais elle a commis l’irréparable en tuant un Fae, et la voici emmenée de force à Prythian, royaume des immortels.

Là-bas, pourtant, sa prison est un palais magnifique et son geôlier n’a rien d’un monstre. Tamlin, un Grand Seigneur Fae, la traite comme une princesse.

Et quel est ce mal qui ronge le royaume et risque de s’étendre à celui des mortels ?

A l’évidence, Feyre n’est pas une simple prisonnière. Mais comment une jeune humaine d’origine aussi modeste pourrait-elle venir en aide à de si puissants seigneurs ?

Sa liberté, en tout cas, semble être à ce prix. »

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anne-Judith Descombey.

.

Résumé

Alors, ce livre va être assez facile à résumer je pense.

Nous sommes dans un monde où les humains sont reclus, hors du royaume de Prythian, où vivent les immortels. Des créatures s’apparentant à des dieux aux pouvoirs terrifiants et puissant. Le royaume est dirigé par des Grands Seigneurs.

Feyre est une humaine, qui se bat pour faire vivre son père et ses deux soeurs ainées. Vivant dans une chaumière délabrée depuis leur ruine, ils n’ont pas toujours à manger dans leurs assiettes. Voilà pourquoi Feyre a dû apprendre à chasser, et tout se passait plus ou moins bien.

Mais le jour où elle tue un loup géant, s’apprêtant à lui voler sa proie, la jeune femme le tue de sang-froid, pleine de haine à l’idée qu’il soit un immortel.

C’est alors qu’à cause du Traité, liant les humains aux immortels, elle est forcée de partir vivre à Prythian, près des monstres et des créatures qu’elle déteste le plus au monde.

Tout ce qu’elle veut : retourner auprès de ses soeurs, pour tenir la promesse faite à sa mère.

.

Mon avis sur ce roman

Bon, je dois l’avouer, je m’attendais à mieux.

Aves tous les avis positifs que j’avais lu sur ce premier tome de la saga ACOTAR, je m’attendais vraiment à quelque chose de transcendant. J’ai donc été un peu déçue par ma lecture, même si celle-ci a été agréable.

Déjà, l’héroïne de l’histoire m’énerve vraiment, elle m’agace ! Son caractère est horripilant et sans aucune logique. Quand on lui dit de ne pas faire quelque chose, elle le fait. Mais quand elle doit faire quelque chose, et qu’on lui dit de ne pas le faire, elle se montre sage…

Franchement, c’est rare que le personnage principal d’un roman m’agace à ce point !

Comme une enfant, elle se laisse parfois envahir par ses émotions – à la limite de l’exagération – et parfois, elle est simplement une coquille vide, duquel on ne reçoit rien. Au lieu de se détacher de l’auteure par son caractère, c’est comme-ci on assistait à la mise en scène d’un pantin.

Cela m’a un peu gâché ma lecture, malgré le fait que l’histoire soit pas mal intéressante et assez originale.

Bon, bien évidemment, comme dans presque toutes les lectures, il y a eu un petit moment cliché, pas très bien travailler – selon moi – mais l’auteur a su en faire quelque chose de vraiment accrochant.

J’ai particulièrement aimé les personnages secondaires – bien plus prenant que Feyre – et j’ai adoré la fin de l’histoire ! Enfin, sauf le dernier chapitre où j’ai eu l’impression que Feyre passait de pantin à robot capricieux…

Mais bon, j’ai quand même apprécié ma lecture et je pense prendre la suite un de ces quatre, quand j’aurai le temps.

Voilà donc le petit extrait que j’ai beaucoup aimé, il n’est pas très loin, car il s’agit d’une énigme donnée à la fin de l’histoire – sans la réponse, bien sûr, pour éviter le spoile –.

« Ses yeux sombres luisaient et je tâchai de retrouver mon sang-froid tandis qu’elle énonçait l’énigme :

Certains me recherchent sans jamais me trouver ;
J’en embrasse d’autre qui, ingrats, me foulent aux pieds.

Je semble préféré l’intelligence et la beauté,
Mais je bénis les audacieux et les têtes brûlées.

Mes soins sont presque toujours d’une douceur indicible ;
Dédaigné, je deviens féroce et presque invincible.

Chacun des coups que je porte est puissant,
Et quand je tue, c’est toujours lentement… »

.

Voilà, à votre avis, quel est la réponse à cette énigme ?

.

Et avez-vous envie de découvrir cet univers de fantasy ? Si vous avez lu le livre, qu’est-ce que vous en avez pensé ? Feyre ne vous a pas trop tapée sur les nerfs ? Dites-moi tout !

.

P.S. : Le dessin et le marque sur les photos ont été fait par Léa Olivier, ou @lo_graphiste_ sur instagram !

Mon Bordel

Livres en rapport avec une série

Hello, aujourd’hui je vais vous parler d’une série, et de livre en rapport avec cette super série !

Est-ce que vous connaissez la série How I Met Your Mother ? Non ?

Il s’agit d’une série où le personnage principal : Ted Mosby, raconte ses aventures avec ses meilleurs amis à ses enfants, pour leur expliquer comment il a rencontré leur mère. La série dure sur neuf saisons et elle est vraiment très drôle, dans le genre de Friends, pour ceux qui connaissent.

Les protagonistes sont donc : Ted Mosby, Marshall Eriksen, Lily Aldrin, Robin Sherbatski, et Barney Stinson !

Sans compter toutes les petites amis de Ted, Barney ou ceux de Robin, parce qu’il y aurait beaucoup trop de personnages ! Pour résumer un peu, Marshall et Lily sont fiancés, ensemble depuis leur dix-ans. Ted est à la recherche de l’âme-soeur, tout en étant focalisé sur Robin. Cette dernière privilégiant sa carrière à ses relations amoureuse.

Mais aujourd’hui, dans cet article, nous allons nous intéresser à Barney Stinson, le sociopathe Barney Stinson !

Car dans la série, à par passer de fille en fille et de nichon en nichon, Barney a aussi écrit deux livres. Deux livres que j’ai le plaisir d’avoir, puisque pour moi, Barney est ce qui se rapproche le plus d’un dieu ! Voici donc les livres (sortis en trois livres de poche) :

Le premier, et le plus décrit dans la série, est le Livre des rôles, ou Playbook !

Ce livre explique à tous jeunes hommes, comment choper des meufs ! Avec plusieurs mises en scènes plus stupide et ridicule les unes que les autres comme le : « Mon pénis exauce les voeux ! » où il explique à une femme que si elle le frotte assez fort, elle aura doit à trois voeux…

Le deuxième livre, ici en deux parties, est le Code des potes, ou le Bro Code !

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Ces deux livres réunissent donc un ensemble de règles pour les potes, tel que : « Les potes passent avant les pétasses. »

Bref, j’ai eu ces trois livres d’une amie à un anniversaire et je les adore, ils me font bien rire et comme je suis une fan inconditionnelle de la série et encore plus de Barney, je ne pouvais pas rêver mieux !

.

Dite-moi un peu, en commentaire, si vous aussi, vous aimez la série !

.

Mon Bordel

Box – Mille et un livre

Hello ! Voici les articles de la box de Mars 2019 – Mille et un livre que j’ai reçu le mois de juin !

J’avais oublié de vous la montrez, donc voilà les photos de ce qu’elle contenait.

.

Alors, la boite contenait un explicatif, où est écrit le thème et tout ce qu’elle contient.

.

Deux livres : Catwoman, par Sarah J. Maas et Par le feu, de Will Hill.

.

Et plusieurs produits dérivés, dont :

  • Un sac de course avec une citation tirée du Seigneur des anneaux.
  • Des pièces en plastique également tirés de l’univers du Seigneur des anneaux.
  • Un marque-page Mille et un Livre.
  • Un marque-page tiré de l’univers de Heartless, par Marissa Meyer.
  • Deux cartes tirées de Harry Potter, représentant Lucius Malefoy et Tom Marvolo Riddle, alias Lord Voldemort.
  • Un baume-à-lèvre représentant Belatrix Lestrange, de Harry Potter également.
  • Un petit carnet du Monde d’OZ.
  • Un pince venant d’Un Palais d’Épine et de Rose, par Sarah J. Maas.
  • Une bougie venant de la Bougie Livresque.

.

En bref, je suis ravie de cette box livresque, et je pense que ça ne sera pas ma dernière. Alors n’hésitez pas à visitez les boutiques internet que je vous ai mis en lien dans la description des goodies, ça vaut vraiment le coup !

Témoignage

Discrimination

Monstre. Sorcière. Extraterrestre.

Les enfants savent frapper où ça fait mal, on est cruel entre nous à l’école, et ce, depuis le début. Je ne connaissais même pas encore le sens du mot ”discrimination”, que je ne me sentais à ma place nul part.

Monstre. Sorcière. Extraterrestre.

J’ai entendu ces mots un nombre incalculable de fois. Et ils ont une chose en commun, ils montrent une différence.

Oui. J’étais différente des autres.

Et je le suis encore. Sauf qu’à l’époque, je pensais que c’était mal. C’est ce qu’on me mettait en tête, avec ces mots péjoratifs, blessants. Ça me faisait mal.

Mais un jour j’ai compris.

Quand quelqu’un croit avoir remarqué une faiblesse chez toi, il en profite, il appuie dessus. Et pour ne pas être victimes, tous préfèrent être bourreaux. Pour ne pas avoir mal, tous préfèrent faire mal.

Et ce jour-là, j’ai décidé que ma différence n’était pas ma faiblesse, c’était ma force.

D’une nature vengeresse, j’ai voulu m’amuser un peu. J’ai voulu blesser autant qu’on m’avait blessé. Ils m’appelaient ”monstre”, je suis devenue le monstre.

À l’école, en dehors. Adulte, enfant.

J’ai fait mal à beaucoup de monde dans ma vie. Parce qu’on m’avait fait mal.

Évidemment, ce n’était pas la meilleur chose à faire. Mais je n’aurai pas l’hypocrisie de vous dire que je regrette.

Rare sont ceux qui peuvent tendre l’autre joue. Qui peuvent encaisser les coups, sans pour autant avoir envie de se venger, ou tomber dans la dépression, avec des idées de plus en plus noires.

Je pense que c’est ma fierté qui m’a sauvé d’une possible dépression. Quand mes idées devenaient de plus en plus sombres. Quand je me disais que, si un camion me fonçait droit dessus, je ne bougerais pas d’un pouce. Quand je me disais que reposer au fin fond des mers serait une belle sortie. C’est ma fierté qui m’a sauvé.

Parce que oui, je suis fière.

Je ne suis pas une bonne personne, loin de là. Mais je suis fière d’être celle que je suis. Le nombre de mes secrets est trop grand pour une seule fille. J’ai vu, subi, et infligé des choses atroces, mais je me suis construite, et je suis debout.

Et je me battrais toute ma vie.

Pour un jour, dire à mes enfants : « Votre mère est forte, et cette force, vous l’avez aussi en vous. Chaque blessure cicatrise. Chaque coup dur est surmontable. Chaque jour passé, une fierté pour soi-même. Une fierté de pouvoir dire, je suis là et que ça plaise oo non, je resterai ! »

Les adjectifs qu’on m’ont donnés, même mes professeurs, maintenant j’en ris.

Dépressive. Suicidaire. Étrange.

Non.

Je suis juste différente, atypique.

Je suis moi.

Mon Bordel

BD : Noob – Fournier, Cardona, Torta


Titre : Noob.
Auteurs : Fournier, Cardona, Torta.
Édition : Soleil.

Genre : BD – Humour – Aventure – Jeux-Vidéo.
Tomes : J’en ai lu 3.

Ma note : 🔥🔥🔥🔥 / 5
J’adore !

.

« Horizon 1.1 est un jeu vidéo en ligne à la mode. Chaque jour, des millions de joueurs arpentent le monde virtuel d’Olydri, et vivent des aventures épiques sans bouger de leur fauteuil.

Parmi eux, Arthéon le guerrier tente désespérément de mener ses compagnons jusqu’au très convoité niveau cent. Une tâche bien difficile lorsqu’on doit gérer la désastreuse guilde Noob, composée par Gaea l’invocatrice, manipulatrice et vénale, Omega Zell l’assassin, macho et égocentrique, sans oublier le pire de tous, Sparadra, le prêtre naïf et simplet.

Dans ce jeu basé sur la cohabitation entre joueurs, ils devront se supporter pour accomplir de nombreuses quêtes, explorer des donjons, parcourir des régions, peaufiner les équipements et affronter leurs niveaux.

Une affaire bien mal embarquée… »

.

Mon avis sur cette BD

Nous y voila pour ma deuxième BD préférée, qui m’a été offerte par mon cousin, et dédicacé qui plus est.

Bon déjà, la BD est hilarante ! Franchement j’adore ! Et comme j’aime beaucoup les jeux-vidéos, je ne peux qu’aimer cette BD qui met en scène la guilde Noob, d’un jeu – qui n’existe pas – Horizon 1.1.

En fait, je ne sais pas trop comment vous donner mon avis là-dessus parce que c’est vraiment que de l’humour et du jeux-vidéos donc il faut lire ou voir pour comprendre.

Je vous mets donc ci-dessus, le lien de la vidéo youtube « Noob – Saison 1 ».

L’intégrale de la saison 1 dure une heure mais vous n’êtes pas obligé de la regarder en entier, mais regardez un ou deux épisodes, c’est trop cool !

.

Mes Lectures

Chronique n°15 : Shades of Magic – V. E. Schwab


Titre : Shades of Magic – Tome 1.
Auteur : V. E. Schwab.
Édition : Lumen.

Genre : Young Adult – Fantasy – Aventure.
Pages : 505.

Ma note : 🔥🔥🔥🔥🔥 / 5
Merveilleuse lecture !

.

« Un autre monde vous attend, là, de l’autre côté du mur…

Kell est le dernier des magiciens de sang, des sorciers capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l’âme. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge – on y respire le merveilleux à chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : là, les sortilèges se font si rares qu’on s’y tranche la gorge pour une simple incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui l’a envahi quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui. 

Depuis cette contagion, il est interdit de transporter le moindre objet entre les univers. C’est malgré tout ce que Kell va prendre le risque de faire, histoire de défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, à commencer par le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait par ailleurs sa vie sans hésiter. Mais, à force de jouer avec le feu, il finit par commettre l’irréparable : il emporte jusque dans le Londres gris une pierre noire comme la nuit, qu’une jeune fille du nom de Lila décide, sur un coup de tête, de lui subtiliser. Pour elle comme pour lui – pour leurs deux mondes, à vrai dire – le compte à rebours est lancé. »

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sarah Dali.

.

Résumé

Alors, comment vous résumé cette merveilleuse lecture, cette merveilleuse histoire… je ne sais pas trop, mais je vais essayer !

L’histoire parle de Kell, un Antari ou Sorcier de sang. Kell a été adopté par la famille royale du Londres rouge. Car oui, en tant qu’Antari, Kell peut voyager entre les mondes, il y en a quatre, et chacun a son Londres, même si on ne sait pas trop pourquoi. Bref, Kell identifie les différents Londres par couleur, il y a donc le sien (rouge), le Londres Gris (le nôtre), le Blanc et enfin, le Londres Noir (qui a été réduit en cendre). Dans son Londres, il est considéré comme un prince, dans les autres, il est le messager de la famille royale (car seules les familles royales sont au courant pour les autres Londres).

Enfin bon, Kell vit dans sa petite routine avec la famille royale, dont son frère Rhy. Il ne quitte son monde que pour livrer un message.

Un seul autre Antari existe encore, Holland, du Londres Blanc.

Un jour, alors que Kell se retrouve dans un complot qu’il ne soupçonne pas, il rencontre Lila. Une voleuse de notre monde ordinaire et sans magie.

Lila réussi donc à obliger Kell a l’amené avec lui pour régler son énorme problème. Elle ne lui laisse tout bonnement pas le choix.

C’est là que leur magnifique aventure commence !

.

Mon avis sur ce roman

Proche du Coup de Coeur, ce roman m’a transporté dans, non pas un, mais trois autres univers, aussi différents et semblables qu’on peut l’être !

Alors, au début, j’étais un peu septique, le livre était lent et apporté beaucoup d’explication et peu d’action, mais heureuse, il y avait un petit côté humoristique qui m’a tenu en haleine et qui m’a fait m’attacher énormément aux personnages de l’histoire. Franchement, j’adore les personnages, en particulier Kell, Lila et Rhy !

Le côté magique du roman et la complexité de ses univers m’a beaucoup impressionné. Et quand l’action a commencé, j’étais scotchée, je ne pouvais plus me détacher du livre !

L’histoire en elle-même (avec son complot etc.) n’est pas exceptionnellement originale, mais la façon dont l’auteure tourne l’histoire est super addictive. Et les petits détails sur les éléments magiques, le langage, le royaume… c’est ce qui fait le charme de l’histoire.

Même les « méchants » sont fascinants et charismatiques !

Je suis vraiment impatiente de lire le deuxième tome de cette trilogie.

Bref, voilà un extrait que j’ai adoré :

« — Très bien, choisissez un élément, déclara Kell. Si vous parvenez à le sortir de sa case – sans le toucher bien sûr –, vous aurez votre terre.

Les sourcils froncés, Ned étudia les cinq options qui se présentaient à lui avant de pointer l’eau du doigt.

— Celui-là.

Au moins, il n’a pas eu la bêtise de choisir l’os, songea Kell. L’air, la terre et l’eau étaient les plus faciles à déplacer. Même Rhy, pourtant quasiment dénué de pouvoir, était au moins capable de les faire remuer. Le feu s’avérait en général un peu plus complexe à manipuler, mais l’os était, de loin, le plus ardu du lot. Et ce pour une bonne raison : quiconque savait déplacer des ossements pouvait faire bouger un corps contre la volonté de son propriétaire. Même dans le Londres rouge, c’était considéré comme une magie rare et puissante.

La main en suspens au-dessus du plateau, Ned se mit à chuchoter une série de mots à l’attention de l’eau dans un idiome qui était peut-être du latin, ou un obscur charabia, mais certainement pas de l’anglais. Les coins de la bouche de Kell se relevèrent. Les éléments n’avaient pas de langue attitrée, ou plutôt, ils les comprenaient toutes. Les mots en soi importaient moins que la concentration qu’ils permettaient au magicien d’atteindre, que le lien qu’ils l’aidaient à nouer, que le pouvoir qu’ils contribuaient à mobiliser. En bref, peu importait le verbe, seule comptait l’intention. Alors qu’il aurait aussi bien pu parler en anglais (et ce avec tout aussi peu de succès, il faut bien le dire), le Passionné persistait à marmonner dans son jargon imaginaire. Dans le même temps, il déplaçait sa main d’un air inspiré dans le sens des aiguilles d’une montre.

Accoudée au comptoir, la tête appuyée sur sa paume, Kell regardait en soupirant Ned s’évertuer à lutter, le visage rougi par l’effort. Au bout d’interminables instants, l’eau frémit légèrement (le bâillement soudain du magicien n’y était peut-être pas étranger – à moins que ce ne soit le geste du Passionné : sous l’effet de la frustration, il avait fini par empoigner violemment le rebord du bar). Puis l’élément recouvra toute son immobilité.

Ned fixait le jeu, les veines du cou gonflées à craquer, les poings serrés. Kell craignit un instant que le jeune homme ne pulvérise le plateau, mais il se contenta de frapper brutalement le bois du comptoir, juste à côté.

— Quel dommage… susurra le magicien.

— Ce test est truqué ! gronda Ned.

— Vraiment ?

Kell se redressa sur son siège. Il plia imperceptiblement les doigts et la motte de terre décolla pour atterrir en douceur dans sa paume.

— Vous en êtes bien certain ? insista-t-il. (Un petit souffle d’air souleva le sable, qu’il envoya tournoyer autour de son poignet.) Vous avez peut-être raison…

(La goutte d’eau quitta le plateau pour aller se transformer en glace au contact de la peau du voyageur.) Ou pas…

L’huile choisit ce moment pour s’embraser dans sa case. Kell jeta à l’intrus un regard torve.

— Peut-être… (Pour finir, le morceau d’ossement s’éleva dans les airs.) Peut-être au contraire ne possédez-vous tout simplement aucun pouvoir ? »

.

Et voilà ! C’était une superbe lecture et je vous la recommande vraiment. Elle m’a transporté et j’étais vraiment très proche du coup de coeur, même si malheureusement, il n’est pas arrivé. J’ai tout de même adoré et je pense que je vais rapidement prendre la suite, et je vais peut-être même relire celui-là.

Alors, dites-moi ce que vous pensez de ce roman, si vous l’avez lu, sinon, est-ce qu’il vous intéresse ? J’espère que oui !

.