Chronique n°28 : Rozenn II – Laetitia Danae

Rozenn – Tome 2.


Auteur : Laëtitia Danae.

Édition : Plume Blanche.


Fantasy – Romance – Esclavagisme.

Pages : 390.


🔥🔥🔥🔥🔥 / 5

Coup de Coeur !


Pour voir la chronique du Tome 1, cliquez ici !


« Rozenn est une rebelle.

La voilà prête à prendre les armes auprès des siens contre le sultan. Seulement, si elle veut parvenir à ses fins, elle n’a pas d’autres choix que de s’allier aux princes.

Mais à qui choisiront-ils d’accorder leur allégeance ? À la liberté tant convoitée par les djinns ou à leur père ? »


RÉSUMÉ :

Nous revoilà pour un deuxième et dernier tome de Rozenn.

Ce tome est encore plus prenant que le premier. C’est dans celui-là que les choses sérieuses commencent. La révolution éclate et les pouvoirs de plusieurs Djinn sont dévoilés. Comme ceux de Rozenn ou encore ceux d’Odeleen.

Cayden, un des fils de l’empereur, aide à la révolte. Et après avoir mis au grand jour les agissements de son père, il espère que Callum rejoigne également sa cause.

Ce livre n’est plus simplement une romance composée de rendez-vous arrangé entre deux peuples ennemis, c’est bien plus que ça. C’est une guerre, l’abolition de l’esclavage de tous les Djinn. Fini les amourette insouciantes, fini les coups en douces, fini les non-dits.

Révélations, nouveaux personnages.

Rozenn a officiellement rejoint les rebelles et elle compte bien faire tomber son ennemi. Quoi qu’il en soit, elle est prête pour tout ça. Encore plus quand son nouvel allié lui retire l’entrave avec laquelle elle a grandit. Son nouveau pouvoir la fascine autant qu’il lui fait horreur. Elle redoute sa propre puissance mais les rebelles semblent se ranger derrière elle.

MON AVIS SUR CE ROMAN :

Bon, j’espère vous mettre l’eau à la bouche parce qu’encore une fois, cette histoire est merveilleuse ! J’ai tout aimé de A à Z ! Les personnages, l’univers, le déroulement de l’histoire…

J’ai enchainé le deuxième tome plus rapidement que je ne l’avais jamais fait tellement je voulais connaître la suite. Et, bien que j’ai été très triste de quitter ce monde, la fin n’aurait pas pu être meilleur que ça !

C’est vraiment, mais alors vraiment, une histoire que vous devez lire ! Rencontrez Rozenn, Callum, Cayden, les Éthérés et tous les autres. Ça vaut vraiment le coup !

Déjà que j’avais eu un super coup de coeur pour le premier, mais le deuxième m’a laissé sur le postérieur ! C’était tellement bien ! Rien que de vous en parler, j’ai envie de le relire encore une fois.

Cette duologie a été un de mes plus gros coup de coeur de 2019. Et dire que je l’ai prise sur un coup de tête, simplement parce que j’aimais la couverture et que le thème de l’esclavage m’attirait. Je ne me doutais pas que j’allais autant apprécié ma lecture.

L’écriture de l’auteur est si fluide que sa compréhension est hyper facile, même s’il y a beaucoup d’information a intégrer.

Mais bref, voilà un petit extrait :

— Tu t’es servie de nous !
— J’ai essayé, mais…
— Non, tu l’as fais. Tu as fomenté ton plan et tu…
— J’ai avoué la vérité à Cameron ! Je lui ai tout raconté !

Callum se tait. Je viens de lui couper le sifflet.

— Tu mens, décrète-t-il enfin.
— Eh bien, tu lui poseras la question quand tu le verras. Quoi qu’il en soit, tu fais erreur, je ne t’ai pas menti. Continuer à berner Cameron était au-dessus de mes forces, je tenais beaucoup trop à lui pour jouer la comédie plus longtemps.

Pour la première fois depuis que je le connais, Callum semble réellement ébranlé. Il s’est forgé une image de moi erronée – Celle de la djinn vénale et sans scrupule. Étonnamment, je ne parviens même pas à lui en tenir rigueur. J’ai été infecte avec lui, tout ce qu’il disait ou faisait me mettait à fleur de peau. Ça n’a pas dû jouer en ma faveur…

— Et si ça avait été moi ?

Sa question s’étiole dans un murmure rauque et incertain, me tirant un long frisson incontrôlable.

— Que veux-tu savoir ?
— Si j’avais été ta seule et unique option… m’aurais-tu avoué la vérité ?

Son regard est comme une caresse furtive. Instinctivement, je me rapproche de mon shadhahvar, craignant les élans de mon propre corps.

— Tu t’es toujours comporté en goujat avec moi.

Il fait un pas dans ma direction.

— Et si je ne l’avais pas été ?
— Si tu avais été aussi charmant qu’avec Cece, tu veux dire ? je ne peux m’empêcher de railler, dans le vain espoir de le tenir à distance.

Encore un pas.

— Si j’avais passé ces dernières semaines à te parler et te couvrir de baiser…
— Tu es trop près, Callum. Éloigne-toi.

Il s’applique à ignorer mes injonctions. Mon fluide farceur, lui, fait la sourde oreille.

— Si j’avais écouté tes peines et tes colères, si j’avais dévoré chaque parcelle de ta peau en commençant par tes lèvres…

Un pas de plus. Son torse se colle à ma poitrine, son souffle effleure ma tempe. Traître, mon corps se niche contre la chaleur qu’il dégage. Je n’y tiens plus, je baisse le menton, trop troublée pour l’affronter.

— M’aurais-tu avoué la vérité ?

Ma réponse reste bloquée dans ma gorge. Oui. Non. Je l’ignore. Je l’ignore complètement. Son odeur entêtante m’empêche de réfléchir.
Sa bouche s’arrête à quelques pouces de la mienne. Il me suffirait de lever la tête, même de manière infime, pour goûter à la douceur de ses lèvres. Je laisse son souffle chaud me caresser. Il déglutit brusquement, nous rapprochant un peu plus l’un de l’autre. Je réprime un gémissement, dans l’expectative.
Lorsqu’il s’écarte, je prends conscience de la force qui a failli me pousser vers lui. Je n’ose pas lever les yeux, honteuse de ma propre faiblesse. Ceci dit, j’ai la surprise de constater qu’il n’exulte pas pour autant. Plus de sourire goguenard, plus de remarque cynique.
C’est le vrai Callum qui se tient devant moi.

— Oui, tu m’aurais dit la vérité.

Et il n’y a aucune prétention dans cette affirmation. La récréation de mon corps semble avoir répondu à ma place.


Voilà voilà ! ♡

Lisez cette histoire où je vous maudirai ! Elle est trop géniale pour que vous ne la lisiez pas ! Je ne vous laisse pas le choix, faut la lire et puis c’est tout !

Gros bisou ♡

Publié par

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours été une amoureuse des mots. D'après ma mère, j'étais déjà une pipelette au bout de quelques mois, alors que je ne comprenais sans doute même pas le quart de ce que je baragouinais dans mon langage de bébé. Quand j'ai découvert la musique, j'étais en extase en entendant les voix, même quand je ne savais pas ce que signifiait les paroles, j'étais plus attirée par les paroles que par la musique elle-même. Puis j'ai appris à lire, à écrire et je dirais que c'est à ce moment que ma vie à vraiment commencée. J'ai commencé par inventer des chansons à sept ou huit ans, des semblants de poèmes et autres, même si ça ne voulait pas dire grand-chose. Ma mère ne comprenait pas mon obsession pour les journaux intimes et les carnets. Entre texte et dessin, je les remplissais tous très vite et j'en voulais toujours plus. De plus grand, plus beau ou de plus petit et plus pratique. Romans, poèmes, chansons. Je suis attirée par les mots, les lettres, les langues, les voix. Pendant mes années collèges, cela m'a joué pas mal de mauvais tour, puisque je suis tombée dans les pièges de ceux qu'on appelle « les beaux-parleurs ». J'ai donc dû apprendre à lire entre les lignes. Mieux, j'ai appris à écouter, à entendre ce qui n'est jamais dit à voix haute. Et maintenant, ce que j'aimerai, c'est simplement partagé mes mots avec vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s