Chronique n°25 : Caraval – Stephanie Garber

Caraval – Tome 1.


Auteur : Stephanie Garber.

Édition : Bayard Édition.


Young Adult – Fantasy – Romance.

Pages : 476.


🔥🔥🔥🔥🔥 / 5

Coup de Coeur Magistral !!


« Scarlett et sa petite soeur Danatella n’ont jamais quitté l’île où leur père, un homme cruel et tyrannique, les retient captives. À 17 ans, alors qu’elle est sur le point d’être mariée à un inconnu, Scarlett reçoit une lettre de Légende, le maître du jeu Caraval. Cette année, Caraval aura lieu sur l’île des Songes, et Scarlett est invitée ! Depuis toute petite, elle rêve d’assister à ce jeu légendaire et fabuleux… Aidées par Julian, un mystérieux marin, les deux soeurs s’enfuient. Mais à leur arrivée sur l’île des Songes, Danatella est kidnappée par Légende. Scarlett entre alors dans Caraval avec Julian. Si elle ne retrouve pas sa soeur avant que les cinq nuits du jeu soient écoulées, celle-ci disparaîtra pour toujours… »

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Éric Moreau.


RÉSUMÉ :

Caraval est une fantasy magnifique mais dans l’histoire, c’est aussi un jeu, un spectacle auquel rêve d’aller Scarlett. La jeune femme veut absolument échapper à son père et partir loin de chez elle avec sa petite sœur, Donatella.

Le problème c’est qu’elle et sa soeur n’ont pas exactement la même définition d’un monde meilleure. Scarlett veut se marier et être en sécurité loin de son père avec sa cadette. Mais Tella rêve de liberté et de fuir loin tout, même du fiancé de sa soeur, qu’elles n’ont encore jamais rencontré !

Après une grande hésitation, elles décident donc de participer à Caraval, cependant Tella se fait enlever par Légende, le maître du jeu. Scarlett doit retrouver sa soeur avant les cinq nuits de Caraval, avec pour seule aide : Julian. Ce garçon qu’elle connaît à peine et qui les a mis dans le pétrin !

Mais comment libéré sa soeur et revenir chez elle à temps pour son mariage ?


MON AVIS SUR CE ROMAN :

Comment dire, ma lecture était : Whoa ! Une de mes meilleurs lectures 2019 !

Un gros coup de coeur !

L’univers est magique et c’est éblouissant de l’imaginer ! J’ai adoré ma lecture, la plume de l’autrice est magnifique et m’a plongé dans l’histoire du début à la fin.

La seule réserve que je mettrais à ma lecture, c’est que je n’ai franchement pas apprécié les personnages du livre. Scarlett m’énerve au plus au point ! Littéralement, elle m’agace. Et Julian est un mec hyper bizarre ! Je ne l’ai pas trouvé intrigant ou mystérieux, juste bizarre et pas forcément dans le bon sens.

Mais bon, l’univers m’a quand même assez fasciné pour avoir un gros coup de coeur ! C’était une lecture vraiment spectaculaire !

Et j’ai été impatiente de lire le deuxième tome (dont je vous parlerai bientôt).

Caraval a directement été propulsé dans mes sagas favorites ! En haut de liste !

Et d’ailleurs, comme je vous parle de Caraval, je vous supplie d’allez signer la pétition qui a été créée pour la traduction française et la publication du troisième et dernier tome de la saga ! Il faut absolument qu’on arrive à convaincre Bayard Édition qu’il faut traduire la fin de la trilogie, au moins par respect pour les lecteurs (comme moi) qui ne peuvent pas lire en VO et qu’y veulent quand même lire la fin de leur saga préférée ! S’il vous plait, ça ne vous prendra pas énormément de temps d’aller la signer et ça nous serez d’une aide précieuse.

Plusieurs pétitions ont déjà sauvé des sagas et c’est notre dernière chance de sauver celle-ci ! Pitié !

Mais bref, je vous encourage grandement à lire cette pépite. Et pour vous donner envie, voilà un petit extrait qui m’a un peu fait penser à Alice aux Pays des Merveilles :

— Qui que vous cherchiez, vous irez plus vite en passant par là.

Algie alla jusqu’à l’horloge comtoise en bois de rose, ouvrit sa grande vitre, et tira sur un des balanciers. À cet instant, les pendules-puzzles s’animèrent. Clic. Clac. Leurs pièces s’emboîtèrent pour former une porte splendide, patchwork de métal pourvu d’une roue dentée en guise de poignée.
Algie déroula le bras d’un geste théâtral.

— Aujourd’hui seulement ! Pour un coût dérisoire, vous pouvez tous les deux utiliser ce passage, un raccourci vers le coeur de Caraval !
— Qu’est-ce qui nous prouve que ce n’est pas juste l’entrée de votre sous-sol ? interrogea Julian.
— Est-ce que ça ressemble à l’entrée d’une cave, d’après toi ? Regarde avec tous tes sens.

Algie toucha la roue crantée, et aussitôt toutes les pendules se firent silencieuses.

— Si vous quittez la boutique par ce côté, vous serez recrachés dans le froid, et il vous faudra encore franchir les portes de Caraval. Grâce à mon passage secret, vous gagnerez un temps précieux.

Il lâcha la poignée, et tous les mécanismes se remirent en mouvement.
Tic-tac. Tic-tac.
Scarlett n’était pas sûre de croire Algie, pourtant le portail ouvert dans le mur paraissait bel et bien magique. Un peu comme sa robe, il semblait occuper plus d’espace que tous les objets autour d’elle.

— Combien ça nous coûtera ? demanda-t-elle.

Julian haussa les sourcils.

— Tu envisages d’accepter sa proposition ?
— Si ça nous permet de rejoindre Tella plus vite, oui.

Scarlett avait cru que le marin n’hésiterait pas seconde, mais il jetait des coups d’oeil nerveux dans tous les sens.

— C’est une mauvaise idée, d’après toi ? s’enquit-elle.


Bon, bah voilà, gros bisous et dites-moi ce que vous pensez de Caraval, si vous l’avez lu ! Sinon, allez le lire ! ♡

Publié par

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours été une amoureuse des mots. D'après ma mère, j'étais déjà une pipelette au bout de quelques mois, alors que je ne comprenais sans doute même pas le quart de ce que je baragouinais dans mon langage de bébé. Quand j'ai découvert la musique, j'étais en extase en entendant les voix, même quand je ne savais pas ce que signifiait les paroles, j'étais plus attirée par les paroles que par la musique elle-même. Puis j'ai appris à lire, à écrire et je dirais que c'est à ce moment que ma vie à vraiment commencée. J'ai commencé par inventer des chansons à sept ou huit ans, des semblants de poèmes et autres, même si ça ne voulait pas dire grand-chose. Ma mère ne comprenait pas mon obsession pour les journaux intimes et les carnets. Entre texte et dessin, je les remplissais tous très vite et j'en voulais toujours plus. De plus grand, plus beau ou de plus petit et plus pratique. Romans, poèmes, chansons. Je suis attirée par les mots, les lettres, les langues, les voix. Pendant mes années collèges, cela m'a joué pas mal de mauvais tour, puisque je suis tombée dans les pièges de ceux qu'on appelle « les beaux-parleurs ». J'ai donc dû apprendre à lire entre les lignes. Mieux, j'ai appris à écouter, à entendre ce qui n'est jamais dit à voix haute. Et maintenant, ce que j'aimerai, c'est simplement partagé mes mots avec vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s