Chronique n°24 : Blacklistée – Cole Gibsen

Blacklistée.


Auteur : Cole Gibsen.

Édition : Pocket Jeunesse.


Harcèlement – Young Adult – Romance.

Pages : 345.


🔥🔥🔥🔥🔥 / 5

Coup de Coeur !


« La vie de Regan bascule le jour où elle découvre ses messages privés placardés sur les murs du lycée. Mensonges, insultes, manipulateurs… tous ses secrets sont dévoilés.

En une seconde et quelques clics, sa vie bascule… Elle devient une paria. Qui a pu la trahir ainsi ? Et pourquoi Nolan, ce mystérieux garçon au charme trouble, se trouve-t-il toujours sur son chemin ?

La chute de Regan n’est pourtant qu’un début. Et personne n’en sortira indemne. »

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Alix Paupy.


RÉSUMÉ :

L’histoire parle Regan, une jeune lycéenne populaire. Quand elle est au lycée, on pourrait croire que tout se passe bien dans sa vie. Cependant la jeune femme ressent une immense pression à cause de sa mère, une politicienne qui attend à ce que sa mère soit absolument parfaite et irréprochable en toute circonstance.

Alors Regan fait tout pour l’être. Quitte à manipuler tout le monde dans son entourage.

Malheureusement, sa vie bascule quand tous ses messages privés se retrouvent accrochés dans les couloirs du lycée. Des messages où elle est plus hypocrite que n’importe qui. Des messages assez éloquent pour ternir sa réputation à jamais.

D’une fille populaire, elle devient la pire des garces et des parias. Détestée de tous.

Mais qui a bien pu publier ses messages personnels ? Et pourquoi ?

Pendant qu’elle cherche l’origine de tous ça, une personne se retrouve toujours sur son chemin : Nolan.

Est-il un allié, ou trouve-t-il simplement que la chute de la jeune femme est divertissante ?


MON AVIS SUR CE ROMAN :

Franchement, j’ai adoré cette histoire !

Elle traite du harcèlement scolaire, un sujet particulièrement important pour moi.

À la base, ce n’est pas le genre de lecture qui me tente, et j’avoue avoirs beaucoup hésité à prendre ce livre. Cependant j’ai été très intriguée de savoir comment l’auteure allait amener ce sujet. Il est très difficile à manier selon moi, mais l’autrice a bien réussi son coup ! Bien qu’elle fût rapide, ma lecture a été superbe !

L’histoire sur les crises d’angoisse de Regan m’a touché. C’est quelque chose de peu représenté dans les romans (enfin je n’en ai pas trouvé beaucoup), pourtant c’est une chose importante sur laquelle on devrait tous être documenté. Je le sais pour en avoir déjà fait plusieurs dans ma vie, et donc ça a sûrement du jouer sur le coup de coeur que j’ai eu pour ce petit livre.

Honnêtement, Regan ne m’a pas particulièrement touché, bien que l’histoire tourne autour d’elle. J’ai été plus intrigué par Nolan et Amber.

Le jeune garçon est là du début à la fin, mais on se demande toujours qu’elle rôle il joue vraiment dans le récit et ce qu’il peut bien cacher. Est-ce qu’il est vraiment là pour aider Regan ? Et pourquoi tous ces mystères autour de lui ?

De même, Amber est une personne très antipathique mais imposante. Au début, je ne pensais pas qu’elle avait une grande importance dans l’histoire, même si j’avoue l’avoir suspecté pour le coup des messages. Mais c’est quand l’héroïne du livre découvre son secret que j’ai eu un pincement au coeur pour elle.

En tous cas, je trouve que cette histoire reflète bien le genre de problème que peut avoir un lycéen. On y trouve pleins de sujet extrêmement important : le harcèlement scolaire, l’homophobie, les crises d’angoisses, le stresse dû aux parents et à leurs attentes, etc.

Je recommande vivement ce livre. Il est court mais très bien écrit et je trouve qu’il est important de constater que ce genre de choses peuvent facilement se produire dans la vie des étudiants, qu’importe le niveau d’étude ou l’établissement.

Bref, voilà un petit extrait fort sympathique :

— Je serai juste à côté si tu as besoin de moi, dis-je en désignant Nolan.

Elle m’ignora et se mit à brosser Rookie.

— Tu es un gentil poney, roucoula-t-elle.

Je m’essuyai les mains sur mon pantalon et traversai la carrière. Nolan suivit ma progression avec sa caméra. Je ralentis, soudain consciente de la crasse des écuries sous mes ongles et de mes cheveux tout aplatis par le port de la bombe.

— Qu’est-ce que tu fais là ? demandai-je.

Il garda la caméra pointée sur moi et sourit.

— Joli pantalon.

Je me sentis rougir et passai timidement les mains sur le tissu moulant.

— Tu es venu pour parler chiffon ?
— Non. Je voulais savoir ce que tu faisais ici.

Je fronçais les sourcils.

— C’est une écurie. Et ça, ajoutai-je en désignant Rookie d’un signe de tête, c’est mon cheval.
— C’est pas ce que je voulais dire. Qu’est-ce que tu fais ici aujourd’hui ?
— Je suis bénévole pour un programme de thérapie par l’équitation. Je viens tous les samedis.

Sa caméra ne bougea pas.

— Pourquoi ?

Je poussai un soupir. Apparemment, j’avais de nouveau affaire à l’ancien Nolan insupportable. Je jetai un coup d’oeil à Tamara pour voir comment elle s’en sortait avec Rookie. Elle gloussait en lui caressant le nez. Je ne pus m’empêcher de sourire.

— Voilà pourquoi. Quand on a commencé le programme, elle était constamment en colère. Mais Rookie lui a fait son petit tour de magie chevaline, et maintenant elle rit. Au début, je n’aurais jamais cru que je la verrais sourire un jour, et encore moins rire.

Nolan baissa sa caméra.

— Qu’est-ce qui lui est arrivé ?

Je haussai les épaules.

— Je sais pas, et je veux pas le savoir. Certains enfants de ce programme ont des histoires assez terribles pour vous empêcher de dormir la nuit.

Il resta silencieux un moment, la mâchoire tendue.

— Sérieux.
— Ouais, répliquai-je en continuant d’observer Tamara et Rookie. C’est pour ça que ce programme est important.

Une autre pensée me traversa alors l’esprit. Je me tournai vers Nolan.

— Au fait, comment t’as su que j’étais ici ?

Il rangea la caméra dans la besace qu’il portait en bandoulière.

— C’est ton père qui me l’a dit.

Je sursautai.

— Tu es allé chez moi ?
— Ouais. Je croyais qu’on avait prévu de travailler sur ce livre d’images. Apparemment, tu as décidé de me poser un lapin pour aller aider les enfants. Tu peux être vraiment chiante des fois, ajouta-t-il avec un clain d’oeil.


J’espère vous avoir donné envie de découvrir cette histoire, par qu’elle est vraiment forte.

Bon, bah gros bisou, à la prochaine ♡ !

Publié par

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours été une amoureuse des mots. D'après ma mère, j'étais déjà une pipelette au bout de quelques mois, alors que je ne comprenais sans doute même pas le quart de ce que je baragouinais dans mon langage de bébé. Quand j'ai découvert la musique, j'étais en extase en entendant les voix, même quand je ne savais pas ce que signifiait les paroles, j'étais plus attirée par les paroles que par la musique elle-même. Puis j'ai appris à lire, à écrire et je dirais que c'est à ce moment que ma vie à vraiment commencée. J'ai commencé par inventer des chansons à sept ou huit ans, des semblants de poèmes et autres, même si ça ne voulait pas dire grand-chose. Ma mère ne comprenait pas mon obsession pour les journaux intimes et les carnets. Entre texte et dessin, je les remplissais tous très vite et j'en voulais toujours plus. De plus grand, plus beau ou de plus petit et plus pratique. Romans, poèmes, chansons. Je suis attirée par les mots, les lettres, les langues, les voix. Pendant mes années collèges, cela m'a joué pas mal de mauvais tour, puisque je suis tombée dans les pièges de ceux qu'on appelle « les beaux-parleurs ». J'ai donc dû apprendre à lire entre les lignes. Mieux, j'ai appris à écouter, à entendre ce qui n'est jamais dit à voix haute. Et maintenant, ce que j'aimerai, c'est simplement partagé mes mots avec vous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s