La Solitude

Elle était ma première amie. 
Grâce à elle, tout m’était permis.

Dans ses bras, je m’abandonnais,
Pour mieux cachez mon coeur brisé. 
Sa chaleur me rassurait. 
Tout ce que je voulais,
C’était de ne jamais la quitter.

À chaque soucis,
Elle était là, et elle s’occupait de moi. 
Pour sa douceur, j’étais meurtrie,
Mais ça ne me dérangeait pas.

Elle était ma première amie. 
Je pensais que notre histoire, durerait à vie.

Mais un jour elle m’a laissé,
Par un baiser aux lèvres gercées. 
Elle s’était entichée de moi,
Mais comme tous, elle ne resterait pas.

Ma belle amie était partie,
Et m’abandonnait sans un bruit. 
Je pensais avoir besoin d’elle,
Mais quand la solitude s’en va,
D’autres arrivent, à petits pas.

.

Et voilà, mon tout premier poème, j’aimerai savoir ce que vous en pensez. J’ai eu envie de me lancer un peu dans la poésie, mais comme loisir, dans mon temps libre, quand l’inspiration pointe le bout de son nez.

Publié par

Du plus loin que je me souvienne, j'ai toujours été une amoureuse des mots. D'après ma mère, j'étais déjà une pipelette au bout de quelques mois, alors que je ne comprenais sans doute même pas le quart de ce que je baragouinais dans mon langage de bébé. Quand j'ai découvert la musique, j'étais en extase en entendant les voix, même quand je ne savais pas ce que signifiait les paroles, j'étais plus attirée par les paroles que par la musique elle-même. Puis j'ai appris à lire, à écrire et je dirais que c'est à ce moment que ma vie à vraiment commencée. J'ai commencé par inventer des chansons à sept ou huit ans, des semblants de poèmes et autres, même si ça ne voulait pas dire grand-chose. Ma mère ne comprenait pas mon obsession pour les journaux intimes et les carnets. Entre texte et dessin, je les remplissais tous très vite et j'en voulais toujours plus. De plus grand, plus beau ou de plus petit et plus pratique. Romans, poèmes, chansons. Je suis attirée par les mots, les lettres, les langues, les voix. Pendant mes années collèges, cela m'a joué pas mal de mauvais tour, puisque je suis tombée dans les pièges de ceux qu'on appelle « les beaux-parleurs ». J'ai donc dû apprendre à lire entre les lignes. Mieux, j'ai appris à écouter, à entendre ce qui n'est jamais dit à voix haute. Et maintenant, ce que j'aimerai, c'est simplement partagé mes mots avec vous.

2 commentaires sur « La Solitude »

  1. « Dans ses bras, je m’abandonnais, Pour mieux cachez mon cœur brisé ». J’adore c’est hyper joli wouah! pour un premier poème c plutôt bien
    J’en écris plein des poèmes depuis toujours et les postes sur un forum 😀 c’est pour te dire que j’ai bien-aimé lire le tiens. Un loisir intellectuelle de plus. Merci du partage Marylin

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s