Chronique n°9 : Les voyages du fils – Jacques Abeille


Titre : Les voyages du fils.
Auteur : Jacques Abeille.
Édition : Folio Science-Fiction.

Genre : Science-Fiction – Aventure – Conte initiatique.
Pages : 291.

Ma note : 🔥🔥🔥 / 5
Lecture agréable.

.

« Depuis son plus jeune âge, Ludovic Lindien tente d’éclaircir les mystères qui entourent la mort de son père, Barthélemy Lécriveur. Après la disparition de sa mère, il décide de partir sur les traces de son géniteur dans l’une des régions les plus sauvages des Contrées, les Hautes Brandes. Cette quête des origines devient rapidement une quête initiatique. L’obscénité, la magie, la violence des coutumes et les transgressions successives qu’il découvre vont le forcer à prendre part au désordre du monde. »

.

Résumé

L’histoire parle d’un jeune homme du nom de Ludovic Lindien, qui essaie de découvrit ce qui se cache derrière la mort de son père, qu’il n’a connu que par les écrits laissés à sa mère. Il entreprend donc un voyage pour marcher dans les pas de son père et voir ce qu’il a vu, en espérant tomber sur des gens, qui pourront lui parler de son père.

Tout au long de ses voyages, il rencontre une quantité de monde, qui lui apprennent qui était vraiment son père et ce qu’a été sa vie.

De même, il apprend et recense dans son manuscrit, les différentes traditions des peuples qu’a côtoyé son défunt père.

Les révélations qu’il obtient sont étranges et désordonnés mais il arrive à achever la biographie qui guide ses gestes au fur et à mesure.

Il découvre son père en même temps qu’il se découvre lui-même, dans son voyage.

P.S. : L’histoire contient des passages glauques, qui ne sont pas à la portée de tous. Certains peuvent heurter la sensibilité, comme des passages presque pornographiques.

.

Mon avis sur ce roman

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, même si certains passages se sont relevés un peu trop long à mon goût. Le livre est très bien écrit et l’histoire est bien amenée.

Nous découvrons qui était le père de Ludovic en même temps que lui, et le fait que les révélations soient désordonnées, amène un suspense qui tient en haleine tout au long de la lecture.

Cependant, il est vrai que je n’ai pas vraiment l’habitude de ce genre d’histoire et que j’ai eu du mal à terminer le livre. Pas à cause de l’histoire, mais à cause de lenteur de certain passage. L’histoire est clairement le récit d’un fils qui écrit la biographie de son père décédé, et je pense qu’il faut vraiment être un minimum préparé à ce genre de récit avant de l’entamer.

Si vous aimez les livres pleins d’actions, ce livre n’est pas pour vous, mais si vous voulez une lecture douce et mystérieuse, alors il sera parfait.

Je dois aussi dire que le livre fait normalement partie d’une série de livre appelé : Cycle des contrées, et que je n’ai pas lu les autres tomes. Les livres sont à la fois indépendant les uns des autres, que complémentaire. C’est peut-être à cause de ça, que je n’ai pas pu l’apprécier à sa juste valeur.

Mais bon, étant donné que je préfère les romans avec une action constante, je ne pense pas lire les autres. Si vous les avez lus par contre, je serai très intéressée de savoir ce que vous en avez pensé et de savoir ce que je rate, en le lisant pas les autres livres de Jacques Abeille.

Voilà un petit extrait du livre que j’ai grandement apprécié, autant pour sa plume que pour son histoire :

« Je montrais un visage que je ne me connaissais pas encore, empreint d’une gravité qu’il me restait à découvrir. Des profondeurs vagues surgit une lueur qui grandissait. Je ne risquais aucun mouvement qui pût la faire trembler. Je sentais dans mon dos l’approche d’une vague tiède. Et puis, elle m’étreignait et mon vêtement à son tour tombait. Nous étions peau à peau. Elle se donnait.

Je n’avais jamais eu de femme avant elle ; je fus de ces adolescents pour qui la virginité était une cruelle, muette et terrible infortune. De la vague qui ravagea mes sens cette nuit-là, de l’éclatement de ma chair révélée, du lien qui me noua, quand même le voudrais-je, je ne pourrai jamais rien oublier. Mais désespérément, cette mémoire reste inscrite dans la tiédeur de toute traduction. Parce que la vie suit son cours, j’ai voulu parfois me convaincre que moi-même, obscurément, je m’interdisais tout récit de ce qui demeure de ma vie la grande révélation et la certitude profonde. Vaines arguties. Les mots se dérobent. En certaines tâche à me représenter ces instants ; il s’éteint si je veux les transcrire et je suis rendu à l’obscurité. Qu’ai-je besoin de jeter de l’envers de ma peau sur le papier l’invisible tatouage ? C’est que je voudrais dans les mots de nouveau posséder l’instant complet. Je me figure qu’on ne sait à la fin que ce qui s’est goutte à goutte laissé dire. Appels au vide, vaines espérances.

Ainsi, elle qu’entre mille et dans l’obscurité complète, je reconnaîtrais si de nouveau je pressentais son approche, comme il m’arrive dans certains rêves, je ne saurais la décrire. Dans son reflet elle m’apparut, comme je l’ai dit, semblable à une flamme et ainsi nerveuse et fine. Vers le milieu de la nuit il advint qu’elle se leva et marcha à travers la chambre ; alors son corps dans la noirceur luisait comme une pierre blanche sous un torrent, aussi dense et rond, d’une aveuglante jeunesse. »

.

Et voilà, c’est tout pour moi, pour cet article. Bien évidemment, le passage que je viens de vous transcrire, n’a rien à voir avec le passage pornographique dont je vous parlai tout à l’heure. Celui-là montre une douceur érotique que je trouve extrêmement bien maitriser et qui m’a particulièrement touché.

Dites-moi ce que vous en pensez, bisou !

.

Mes Lectures

Marylin O. Sautron View All →

Auteure et Chroniqueuse 💎 passionnée de lecture et d'écriture, qui travaille sur son premier roman dans le but d'une auto-publication 🥰

1 commentaire Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :